Autoportrait

1996

Hervé Jamen (1959)
Huile, prégycolle

Hervé Jamen2

Hervé Jamen travaille depuis les années 1980 à élaborer une œuvre peinte figurative qui interroge la matière, la couleur et les rapports d’échelle. Ses natures mortes ou autoportraits sont abordés avec la même palette de couleurs acidulées, travaillées en larges touches épaisses. Le sujet traité est mis en scène avec une certaine théâtralité. La touche et la couleur permettent une distance avec le sujet, s’éloignant de la nature pour ramener le spectateur aux questions de la peinture : le fond, la forme, la couleur, la lumière, la matière.

Cet autoportrait, au regard fixe et à l’expression volontairement neutre, est issu d’une série plus importante d’autoportraits, dans lesquels l’artiste modèle son visage par la couleur, lui donnant une force sculpturale. Ce visage devient un motif de recherches, repris et exploré.