Que font les films fantômes à la recherche en art ? (Le voyage initiatique d'Alain Bourbonnais).

LES MERCREDI DE LA RECHERCHE EN ART I Conférence

MER 28 Fév. 2018 l 18h30

Lucie Garçon - Doctorante en Cinéma, Université Paris 8

Que font les films fantômes à la recherche en art ? (Le voyage initiatique d'Alain Bourbonnais).

 

Enseignante en analyse de l’image et en documentation iconographique et audiovisuelle à l’université de Lille SHS, je mène un travail de thèse au carrefour des domaines de l’art brut et du cinéma qui m’amène à interroger les relations entre arts, savoirs et société. Mon « corpus » est, en grande partie, composé de films étrangers à l’histoire des arts, n’ayant fait l’objet d’aucun commentaire, d’aucun traitement documentaire préalable : outre qu’il pose des problèmes pratiques, cet état de fait me conduit régulièrement à repenser la position du chercheur en art relativement à ses objets d’étude.

Alain Bourbonnais (1925-1988) est architecte, artiste plasticien et collectionneur d’art dit « hors- les-normes », reconnu comme un acteur important de l’histoire de l’art brut. Les inventaires que nous effectuons depuis juillet 2015 dans ses archives nous ont permis de constituer sa première filmographie, composée de titres de films qu’il a achevé (avec ou sans visa d’exploitation) et d’autres ne renvoyant qu’à des rushs, des pré-montages, des films non-trouvés. L’un de ces titres est Le voyage initiatique. Le suivant « à la trace », parmi tout un amas hétérogène de notes d’intention, demandes de subvention, recueils de photographies, enregistrements sonores et correspondances dispersées autour du musée de la Fabuloserie qu’Alain Bourbonnais a inauguré en 1983, je me demandai quelle fonction assigner à ce film introuvable au regard de mon projet de recherche.

3€ I gratuit (Amis du MUba, adhérents LA C’ART, étudiants  …)