Les Mercredis de la recherche en art

Marin Martinie

bandeau confé univ

Grimaces, trombines, mimiques : physionomies expressives de L.L. Boilly à Tex Avery

Le XIXème siècle voit la naissance de la bande dessinée, en lien avec la caricature, le dessin de presse et les possibilités nouvelles de la litho-graphie. Ce nouveau médium devient vite le lieu privilégié de figures grotesques dont les déformations graphiques et plastiques supportent une forme inédite de narration visuelle associant expression des affects et satire sociale, déformations qui seront poussées encore plus  loin avec le développement du cinéma d’animation au début du XXème siècle.

L’œuvre peinte et gravée de l’artiste Louis-Léopold Boilly (1761- 1845) annonce le développement de cet imaginaire où la grimace tient une place importante, et les figures humaines dans son œuvre font  écho aux toutes premières bandes dessinées européennes (Rodolphe Töpffer) et, au-delà, aux personnages du cartoon américain qui apparaîtront quelques décennies plus tard, jusqu’à Tex Avery, animateur connu comme « génie du gag ».

En partant de l’œuvre de Boilly, artiste des collections de MUba, Marin Martinie propose de traverser près d’un siècle de visages grimaçant à travers une série d’images (peinture, gravure, dessin, film) peuplées de personnages toujours plus élastiques et donc toujours plus expressifs.

Marin Martinie (né en 1994) est réalisateur de film d’animation et au- eur de bande dessinée, actuellement artiste-étudiant au Fresnoy et doctorant à l’université de Lille. Il est diplômé de l’école Estienne (2014) et de l’école des Arts Déco de Paris (2018). Sa pratique mêle film d’animation, dessin et édition. Dans son travail, il cherche à déconstruire graphiquement et narrativement les formes classiques des arts visuels, en particuliers celles issues des champs de la bande dessinée et du cinéma d’animation. Il a réalisé Zambo zambo (2016), Template Message (2018) et Apparition des figures standards (2020).

Il entame cette année une thèse portant sur les processus de stabilisation et de détournement de la forme visuelles des personnages graphiques (bande dessinée et film d’animation) à travers l’étude du cas de Bugs Bunny, de sa création jusqu’à aujourd’hui.